News

– L e s t r e a m i n g , m o t e u r d u m a r c h é d e l a m u s i q u e –

17 juillet 2016

En 2015, le streaming a franchi un cap majeur : alors que le marché global de la musique est en baisse (-5%), l’écoute en ligne est le seul segment en progression, avec une augmentation de 70% des abonnements en un an.

Le streaming représente 18 milliards de titres lus, un chiffre qui a doublé en 2 ans. C’est aussi 3 millions d’abonnés, soit 5% de la population française.

Selon le SNEP, l’association des producteurs, le numérique s’impose donc clairement comme le nouveau mode de consommation de la musique. « Les Français font le pari du streaming. Ils ont compris que c’était très facile d’écouter toute la musique que l’on souhaitait de manière légale grâce à cette variété des acteurs, des offres, et aussi de plus en plus grâce à l’affirmation du modèle de l’abonnement, puisque, et c’est un point très important, vous pouvez streamer gratuitement ou moyennant quelques euros par mois. Cela vous permet d’avoir un confort d’écoute incroyable et notamment pas du tout de publicité », affirme Guillaume Leblanc, directeur général du SNEP.

Puisque c’est là que sont leurs fans, les artistes sont désormais tous présents sur les plateformes d’écoute. Ce sont les artistes « urbains » (hip hop et RnB) et electro qui s’imposent sur ce marché. Autre symbole, l’arrivée cette année de grands noms tels que les Beatles ACDC ou Led Zepplin.

Les artistes et les producteurs voient l’apparition d’un nouveau modèle économique. « On est en train de basculer sur quelque chose de totalement différent puisque la rémunération des artistes et producteurs va dépendre non pas d’un achat physique et unitaire mais d’un volume de streaming », précise Guillaume Leblanc.

Avec le streaming, les titres rapportent donc moins à l’unité, mais peuvent en revanche atteindre des volumes d’écoute bien plus importants.

http://www.smartlink.fr/le-streaming-moteur-du-marche-de-la-musique/

Vous aimeriez aussi ...

Aucun commentaire

Déposer un message